16/04/2019

MILLE ET CLAIRE: Interview des fondateurs Anne Claire et Franck

Nous avons rencontré chez eux, Franck Levis et Anne-Claire Lancenet, les fondateurs de Mille&Claire, marque de design textile lancée en 2016 au sein de l’incubateur Innotex. Mille & Claire revisite les savoir-faire internationaux des artisans d’art conjuguant design français et production locale.

Franck Levis assure la fonction de Responsable commercial & marketing et Anne-Claire Lancenet la direction artistique.

Retour sur vos premières années d’activité, quel bilan faites-vous ?

Bilan mitigé. Nous avons continué à étendre le réseau de détaillants multi-marque en France et à l’étranger. Le marché français reste difficile mais nous sommes portés par le marché international en raison de notre ADN de marque (designer français/ Matières naturelles / tissages manuels). La construction du réseau de détaillants est un travail sur le long terme, qui demande beaucoup d’énergie. Il en est de même pour la notoriété de la marque.

Où en êtes-vous aujourd’hui?

Nous avons construit en trois ans un réseau de plus de 70 détaillants dont 70%  sont basés à l’étranger.

Nous orientons notre stratégie vers la fidélisation des clients acquis en France et continuons la conquête du marché international.  En parallèle, nous souhaitons développer la licence de marque et les partenariats avec des distributeurs.

Rétrospectivement, qu’est-ce qui a été le plus difficile à gérer ?

Sans hésitation, la stratégie financière et notamment le besoin important en trésorerie pour financer la production. Notre faible capacité de stock freine malheureusement notre chiffre d’affaires alors que la demande est là. Le cumul des métiers est également complexe à gérer avec la partie administrative et la comptabilité.

A l’inverse, qu’est-ce qui a mieux fonctionné que prévu ?

La notoriété de la marque, la fidélité et l’attachement des clients. Le développement à l’étranger a été nettement plus rapide que prévu, ce qui a été très positif.

Pouvez-vous nous parler de votre prochaine collection ?

Une redéfinition de l’offre produit sur des entrées de gamme orientées accessoires comme avec les étoles, les écharpes ou les sacs. Une orientation supplémentaire sur le petit mobilier haut de gamme textile.

Qu’en est-t-il de l’innovation dans votre activité ?

Dans notre cas, et c’est une part non négligeable de notre travail, l’innovation porte  sur la recherche de nouvelles matières, naturelles, pour réaliser nos produits.

Quels conseils donneriez-vous à une start – up qui vient de se créer ?

D’abord, c’est important de s’entourer d’un réseau de personnes « bienveillantes ». S’ouvrir, parler de ses difficultés et réussites. Au démarrage, ne pas minimiser le besoin en financement et le besoin en fond de roulement. Travailler avec au minimum 3 banques. Prévoir les imprévus !

Suivre le plan de trésorerie au centime près. Privilégier la marge plutôt que le chiffre d’affaire. Ajouter des services au produit. Etre sûr de ses associés en période de crise ou de remise en questions. Vaincre ses peurs et certitudes. Confronter son modèle économique en permanence et se remettre en question tous les jours. Pour chaque décision, mesurer les enjeux.

Que vous a apporté le passage en incubateur ?

Un échange et une écoute permanente. Une compréhension des difficultés d’entreprendre sans jugement. La définition et l’écriture d’une stratégie payante. La construction d’un business model en phase avec les réalités de notre marché. Des conseils appropriés à notre secteur d’activité. Un suivi sur le long terme. Une caution et du crédit auprès des partenaires financiers et institutionnels. De la réassurance en cas de difficultés. Un encouragement permanent et la recherche de solutions.